MYSTERY & IMAGINATION : DRACULA
MYSTERY & IMAGINATION : DRACULA

Sous la houlette de Thames production, la série MYSTERY & IMAGINATION,  diffusée à la télévision de 1966 à 1970, délivre pour le petit écran ses adaptation des grands classiques de la littérature fantastique à un rythme soutenu. Bien évidemment arrive le tour de Dracula, en 1968, alors que le personnage connaît un essor sans précédent sur le grand écran avec les films de la Hammer. Bien consciente de ne pouvoir déployer les mêmes flamboyances gothiques, l’équipe du film opte pour une approche tout à fait différente qu’accentue un noir et blanc qui sied particulièrement à l’atmosphère glaciale de cette adaptation plutôt déconcertante.

 

L’objet de la première remarque est bien sûr le scénario, qui en 80 minutes, remanie de façon conséquente le matériau de base. Si d’autres épisodes comme THE FALL OF THE HOUSE OF USHER ou FRANKENSTEIN, brodaient considérablement autour d’une courte nouvelle pour le premier ou donnaient un tout autre sens au roman d’origine pour le second, ce DRACULA élague considérablement le long roman de Stoker. Lorsque le film commence, nous nous trouvons dans une cellule de l’asile du Dr Seward. Un dément à la crinière blanche qui pourrait être Renfield s’en évade et se rue dans le salon ou Lucy Weston et sa mère écoutent la sonate au clair de lune, l’interprète de ce premier mouvement mélancolique à souhait nous est caché. Lorsque le dément est maîtrisé et ramené dans sa cellule, l’homme au piano se lève : c’est le comte Dracula. Nous voila directement parachuté en centre de l’intrigue qui délaisse le préambule transylvanien. On apprendra par la suite que le patient de Seward est en fait Jonathan Harker (Corin Redgrave), retrouvé délirant à bord du Demeter qui amenait le comte à Londres, une explication qui n’est pas sans rappeler la découverte de Renfield au fond de la cale du navire dans le Dracula de Tod Browning (1931).

 

Tout se déroule ici dans un lieu unique, en de longs plans fixes, réminiscences des planches de théâtre qui ont vu naître la pièce d’Hamilton Dean, de laquelle cette adaptation s’inspire beaucoup, renforcées par le découpage en trois actes distincts. La staticité de la caméra n’empêche pas le réalisateur de mettre en oeuvre de belles idées visuelles qui font aussi office de raccourcis narratifs, comme le récits de la mésaventure d’Harker au château de Dracula, où sa rencontre avec les trois succubes prend une tournure quasi-expressionniste.

 

 

Le téléfilm ne fait pas que bousculer la trame du roman, mais affirme sa volonté de démarcation en nous faisant découvrir le personnage de Dracula lui-même, sous un jour (si l’on peut dire) totalement nouveau. Le choix de l’acteur Denholm Elliott sonne comme un défi aux idées préconçues, très éloigné de l’image que l’on se fait du vampire valaque. Cependant l’acteur, dont on avait déjà pu admirer la performance en Roderick Usher dans le téléfilm de Kim Mills cité plus haut, assure une composition remarquable et arbore un look qui oscille entre une vision « modernisante » (un vampire gentleman, pianiste à ses heures perdues, chaussant ses lunettes à verres fumés qui lui donnent l’air distant et vulnérable d’une rock-star vieillissante) et un autre presque rétrograde (sa longue cape peu pratique avec laquelle il ne cesse de faire des moulinets, ses incisives  qui évoquent fatalement le Nosferatu de Murnau, son accent indéterminable…).

 

 

Elliott est assurément l’élément le plus surprenant du casting, mais celui-ci reste tout à fait intéressant, Susan George et Suzanne Neve font d’excellents Lucy et Mina, la première ne cachant pas sa fascination pour le comte, et la seconde tentant désespérément de faire revenir Jonathan à la raison. On notera qu’Arthur Holmwood et Quincey Morris ont été évincé de l’intrigue pour permettre le développement de personnages de second plans, notamment la mère de Lucy, interprétée par la future Miss Marple, Joan Hickson.

 

 

Le principal intérêt de cette adaptation réside donc dans son approche quelque peu marginale, mais c’est sans compter sur le savoir-faire d’une équipe qui met tout en oeuvre pour délivrer un conte d’épouvante qui en cela conserve l’esprit du roman de Stoker. Parmi toutes les adaptations télévisuelles du roman, le Dracula de Patrick Dromgoole est  à ce jour la plus ancienne visible et à ce titre mérite largement qu’on s’y attarde.

 

Gabriel Carton

 

Posted by Pete Pendulum 0 Comments

0 comments

No comments yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>